Advertisement


Politique

1 mai 2004

Editorial RK142

image_defaut
Mots-clés :

Peuple souverain

Quand ? Tout le temps ! !

Ròt Kozé s’est impliqué dès sa première parution dans la création du parti politique MDES. C’était en novembre 1990. Un an après l’organisation politique était créée. Depuis elle n’a cessé de participer avec d’autres à l’avant-garde des combats populaires, sociaux, politiques.

Le plus souvent associée aux comités, collectifs ou associations revendicatives diverses. Nous n’allons pas faire ici le rappel de tous les moments importants de cette vie sociale et politique de notre pays depuis les États généraux de mars 97-janvier 98.

Le mouvement   MDES a participé aux changements au point que ses militants soient victimes continuellement de la répression depuis les émeutes victorieuses du rectorat de Guyane en Novembre 96.

C’est dire l’engagement sans faille de ce parti aux cotés de son peuple dans les moments les plus difficiles.

Le journal Ròt Kozé a été le témoin de ces événements et de tous les faits qui se sont produits dans et hors du pays depuis sa création. Sans relâche, avec une régularité tenace, le débat public était alimenté par les rédacteurs et les vendeurs du mensuel. La mise à l’écart du MDES de la scène politique de la Région-Guyane laisse donc un goût amer à la rédaction du journal.

Le parti a créé un site Internet dont tous les visiteurs disent le plus grand bien.

Bien que partisan de la souveraineté de notre pays, ce mouvement a su faire le compromis politique nécessaire pour s’allier aux autres forces politiques du pays et permettre l’adoption du Pacte de Développement en 99 puis du Projet d’accord sur l’avenir de la Guyane en juin 2001.

Après la révision constitutionnelle, la consultation populaire était à l’ordre du jour à un point tel qu’elle fut organisée en Martinique et en Guadeloupe le 7 Décembre 2003.

Un cycle de manifestation, de revendications, d’accords guyano-guyanais et de discussion guyano-français allait être bouclé  pour le bien du pays tout entier.

Car, quoi de mieux qu’un accord politique entre toutes les formations politiques d’un territoire !

Quoi de mieux qu’en référendum organisé par le pouvoir central sur le projet des élus afin que le peuple soit souverain par son vote.

Consultation réclamée dans une pétition ayant recueilli plus de 5000 signatures.

Pétition lancée et réalisée sur tout le territoire par le MDES.

Parti qui s’attendait, “légitimement” à un soutient électoral à la dimension de son engagement…

Au final, 1777 voix au premier tour des élections de mars 04. Loin derrière les 4500, 5000, 5500, 6000 des quatre autres partis politiques qui pendant 6 ans ont eux aussi donné aux citoyens les éléments nécessaires de leur choix.

Le peuple est souverain. Il ne veut donc pas du MDES, en tout cas pas à la direction des affaires du pays.

Le MDES avait proposé un programme avec des axes prioritaires pour le développement de la Guyane, son désenclavement, l’école, l’université, la santé etc. lors de la campagne électorale.

Le peuple est souverain…

Pourtant 48% des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés. Plus de 50% au premier tour. Malgré les débats télévisés, les meetings, les distributions de tracts.

Cela veut dire que quand des électeurs refusent d’aller voter cela signifie aussi qu’ils ne voulaient pas eux non plus du MDES sinon ils seraient allés mettre un bulletin pour ce parti.

Et tous ceux qui ont voté pour les autres partis, ils ont dit clairement au MDES qu’ils ne veulent pas de lui, en tout cas, qu’ils préfèrent que le pays ne soit pas dirigé par le MDES.

Malgré tout ce que ce parti politique a prouvé et proposé.

Le peuple est souverain…

Des gens ont dit qu’ils avaient peur de voter pour le MDES !

Malgré la pratique publique quotidienne du mouvement depuis sa création.

D’autres ont voté utile en se disant que de toute façon le MDES entrait à la région et qu’il fallait surtout voter pour les grandes formations capables de barrer la route à l’UMP.

Bref quelles que soient les raisons, le peuple est souverain et le MDES doit tirer les conclusions de la sanction populaire.

Pourquoi faire ? Que faire d’autre ?

Changer la communication si la ligne est jugée bonne ? Changer la ligne si le peuple n’en  veut pas ?

Tirer sa révérence et renoncer à l’action politique ?

Le peuple souverain n’a pas compris le message ?

Ou bien le refuse-t-il ?

Ami lecteur, toi qui suis pas à pas, l’actualité politique que Ròt Kozé analyse chaque mois, peux-tu répondre à tant de questions ? Et toi, as -tu voté ?

Et pour qui ?

Le peuple est souverain c’est sûr !

Mè ès a douvan nou ka alé ??

Sacré tanbou !!!





 
 

 
pano

La route meurtrière

Décidément, le mois d’avril ne réussit pas à la GUYANE. Quatre ans après CABASSOU sur la RN3, c’est la route de REGINA, la RN2 qui fait une victime à la suite de l’effondrement d’un passage busé. D’aucuns diron...
by redaction
0

 
 
image_defaut

Echo du Conseil général: Désert pris en otage par une majorité bien mêlée

Mine de rien, la séance du Conseil Général du 21 avril 2004 fut une séance historique. Première séance après l’élection du président, il s’agissait entre autres points de désigner les conseillers devant siéger au...
by redaction
0

 



Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>