Advertisement


International

17 mai 2005

La revanche de NAPOLEON

conférencehaiti
Mots-clés : ,

L’état français par le biais de Mr BARNIER, ministre des affaires étrangères semble être animé par cette unique préoccupation, s’agissant de sa politique vis à vis du peuple Haïtien : Effacer la déroute de son sombre héros Napoléon subie lors de l’expédition de 1803 chargée de restaurer l’esclavage.
Le coup d’état organisé par la France et ses alliés, le 29 février 2004, a mis un terme prématuré à la souveraineté du peuple haïtien récemment reconquise.
La dénonciation de l’intervention illégale des Etats-Unis en Irak parce que non couvert par un mandat des Nations-Unies par le gouvernement français, s’oppose à l’organisation avec le même gouvernement états-unien du renversement du Président légal d’Haïti en toute illégalité onusienne.
Pour célébrer l’anniversaire de cet acte barbare le gouvernement français organise les 17,18 et 19 mars une conférence pseudo-humanitaire devant entériner la modification constitutionnelle du calendrier électoral et légitimer le gouvernement fantoche imposé au peuple Haïtien.
LAGWIYANN capitale KAYENN dernière colonie d’Amérique du Sud ne saurait être la caution d’une ingérence française dans les affaires Haïtiennes.
Par contre une conférence internationale devant mettre en œuvre un processus de décolonisation de LAGWIYANN est d’une urgence absolue.
A l’instar de l’ANGLETERRE, de l’ESPAGNE, du PORTUGAL, de la HOLLANDE, anciennes puissances coloniales d’Amérique du Sud, membres de l’Union Européenne, la France devrait suivre l’application faite par ces pays de la charte des nations unies imposant aux colons une décolonisation programmée, permettant une libre et souveraine administration des peuples jusqu’alors dominés.
Son entêtement à se maintenir par la force sur un territoire conquis à l’époque de la colonisation et de la traite négrière devrait être condamné par tous ceux qui se réclament du droit international.

L’Union Africaine, le CARICOM et le peuple GUYANAIS exigent la restauration de la souveraineté du peuple de la première république d’hommes libres : HAITI.
Malgré l’opposition des admirateurs inconditionnels de NAPOLEON, le barbare.

Le collectif des GUYANAIS contre le coup d’état du 29 février 2004 en HAÏTI.





 
 

 
image_defaut

Démocratie occidentale et anarchie économique

Les pratiques des monarchies des temps anciens et de celles des rois dites républicains des temps modernes. Que devient la justice économique  Depuis Christophe Colomb et l’histoire de l’esclavage des Africains d...
by rotkoze
0

 
 
felixeboue_eclairci

Félix EBOUE et le code de l’indigénat

Félix EBOUE a fait une longue carrière dans l’administration coloniale française (trente cinq années). Dès 1909 il est nommé administrateur colonial en AFRIK, à l’apogée de sa carrière il était en poste comme gouv...
by rotkoze
2

 
 
image_defaut

Le canal de Torcy

Bon nombre d’entre nous empruntons ce canal pour nous rendre dans une petite commune autrefois très vivace, Kaw. Bien connue pour son cadre magnifique, elle fait état également d’un site exceptionnel tant par sa ...
by redaction
0

 

 
image_defaut

LA PLACE DU GUYANAIS AU SEIN DE L’ENSEMBLE FRANÇAIS ET EUROPEEN

A l’heure où la libre circulation des capitaux et des marchandises est parachevée, la question des migrations humaines constitue un épineux problèmes pour les économies développées et s’agissant de la Guyane, suscite...
by redaction
0

 
 
image_defaut

Avis de tempête à Rémire-Montjoly

4 représentants syndicaux UTG siégeant au CTP (Comité Technique Paritaire) de la commune de Rémire-Montjoly font l’objet d’une sanction disciplinaire du troisième groupe de la fonction publique territoriale. 3 d’entr...
by redaction
0

 



Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>