Advertisement


Politique

23 décembre 2005

LE CARACTERE POSITIF DE LA COLONISATION

image_defaut
Mots-clés :

Rien de nouveau  sous les brumes de la France

L’assemblée Nationale française, a,  introduit dans la loi, du 04 février 2004  un amendement, imposant aux ouvrages scolaires, la mention du caractère positif de la colonisation. Bien entendu, le vote, ces jours-ci, du libellé de l’article 4 de cette loi, n’a pas laissé indifférents les intellectuels de France qui ont aussitôt  protesté. Il y  a eu au sein même de la majorité UMP quelques ruades de principe. La Martinique, à sévèrement condamné, cette opération législative, au point que le Ministre de l’Intérieur, déclaré : persona non grata, s’est trouvé, dans l’obligation, d’annuler la visite qu’il avait projeté, de faire, dans cette colonie… En Guyane, c’est: «  silence radio »

La loi en question, intervient à un moment, où la France coloniale, se trouve  en situation, de guerre sociale ouverte, contre les ressortissants, de ses anciennes et actuelles colonies, installés sur son territoire depuis des décennies et qui vivent, amèrement une mise en quarantaine sociale et une discrimination, avérée, alors que de suaves discours politiciens, leur distillent, une quotidienne rengaine, sur  l’égalité et la fraternité,  entre tous.

Cette loi arrive,  alors que  de la voix de M. Nicolas Sarkozy, aux accents imagés  de < karcher> et de< racaille> s’adresse aux fils de ces colonisés, casés dans des immeubles de certaines banlieues, où  on a pas trouvé mieux que de décréter, ces jours –ci, depuis, près d’un mois,  comme au temps de la guerre d’Algérie, en 1954, un  couvre feu. Ainsi, ce couvre feu de 1954 qui visait principalement à l’époque les maghrébins, frappe aujourd’hui, comme par hasard, leurs enfants, petits enfants et aussi, les nôtres.

En matière d’histoire coloniale, il n’y a pas  de coïncidence. Il y a tout,  simplement, des faits, concomitants,  des actes et des pratiques persistantes à l’égard des colonisés.

En sommes nous, aujourd’hui, encore, au stade de nous étonner, du vote de cette loi et de sa formulation qui conforte la colonisation. En sommes nous, aujourd’hui, encore, au stade de nous étonner, de la démarche législative, suivie par les députés français pour l’inscrire, dans les manuels scolaires.

Le fond de la loi et la démarche entreprise pour la mener à terme, sont tout à fait en  conformité, avec ce qu’est la France et sa philosophie coloniale. Elle sait, mieux que nous-mêmes, qu’elle a encore des colonies, dispersées aux quatre coins  du monde et que leurs habitants, affublés, d’un Ministre, chargé de ce ghetto politico – administratif, au sobriquet de DOM-TOM,  sont en fait : des colonisés et regardés, comme tels, partout où ils se trouvent, ici : en Guyane et là bas : en France. La France, sait mieux que personne, qu’elle a tout naturellement  mis dans le même sac,  les territoires conquis de la Caraïbe de l’Océan Indien du Pacifique et d’Amérique du Sud et que, pour mieux les identifier, elle les a placés en subdivision 97-1,  97-2,  97-3 etc. Des numéros d’écrous, en quelque sorte.

Pouvons nous, reprocher à la France, de légitimement se protéger, de nos éventuels écrits, sur les heures sombres de sa colonisation, chargée de crimes et noyée de mensonges, au moments où les émigrés de Martinique de Guadeloupe de Guyane et de ses autres colonies, vivant sur son territoires, élèvent la voix et s’insurgent contre les mauvais traitements qui leurs sont infligés.

Les actes que produisent la France et ses élus, ne sont pas notre fait. Il  sont : eux, nous sommes : nous . Ne tombons pas dans une logique de protestations, en vue d’une quelconque abrogation. Les traits de plume, en guise de ratures, n’effacent rien, en  fait, dans la conscience des colonialistes   Serions nous assez naïfs,  de leur laisser penser que nous croyons qu’ils ont fait une erreur et qu’ils la reconnaissent, alors que nous savons, que l’acte accompli, est le résultat et le vrai visage, de ce qu’ils sont, et de ce qu’ils pensent.

Il s’agit alors pour nous, d’utiliser, au mieux, leurs faits et gestes pour interpeller les populations des dernières colonies françaises, dans le seul but, qu’elles prennent  résolument, la décision, d’en finir, au nom de la dignité, définitivement, avec cette situation et cette identité, de colonisés.

 Alain MICHEL

Militant anticolonialiste

Responsable du Parti National Populaire Guyanais





 
 

 
image_defaut

Faut-il un deuxième CABASSOU pour arrêter le chantier des terrasses de MONTABO !

Le projet dénommé « les terrasses de Montabo » a pour maître d’ouvrage la SCCV « le clos des Bénédictes », qui a entamé la construction de 3 immeubles R+2, soit 32 logements, sur la petite colline face à celle...
by rotkoze
0

 
 
01

LE FAUBOURG L’ABRI A L’ABANDON

Première cité de la périphérie de Cayenne, le Faubourg l’Abri n’est plus un abri sûr ; ses habitants ont un sentiment d’abandon de la part des autorités de la ville. Voici une petite cité qui à elle seule, cumule...
by rotkoze
0

 



Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>