Advertisement


Société

23 décembre 2005

LE FAUBOURG L’ABRI A L’ABANDON

01
Mots-clés :

Première cité de la périphérie de Cayenne, le Faubourg l’Abri n’est plus un abri sûr ; ses habitants ont un sentiment d’abandon de la part des autorités de la ville.

Voici une petite cité qui à elle seule, cumule bien des maux de Cayenne (dépôts sauvages, assainissement, voirie, tapage nocturne…)

Pourtant, moyennant quelques aménagements, il y ferait bon vivre.

Une des préoccupations des habitants est la vente du foncier qu’ils occupent. Depuis plus de 30 ans, des particuliers sont encore locataires des parcelles sur lesquelles ils ont construit. En cas de décès, les terrains retournent en friche, à qui sont-ils destinés ?

Des terrains en friche, pour qui ?

Des buses trop petites

En matière de voirie et d’assainissement, l’expérience qui est menée n’est pas satisfaisante car non suivie ni organisée.
On demande aux habitants de la cité d’acheter leur buse, la mairie se chargeant de la pose.
Faute de suivi, on arrive à l’incohérence. La taille des buses n’est pas adaptée, les pentes ne sont pas bonnes et cela conduit à des poches d’insalubrité.

Plutôt que de mener une politique de saupoudrage, il eut été plus cohérent de traiter un ensemble, c’est à dire une cité, de l’assainissement à l’éclairage public, en passant par les trottoirs. Après, on passerait à un autre ensemble. La politique d’aménagement aurait été plus visible.

Une nuisance dont souffrent les personnes âgées est le tapage nocturne. Malheureusement, des marchands de sommeil ont provoqué une surpopulation de certains logements. Les occupants aux mœurs tardives, incommodent ceux qui aspirent à un peu de tranquillité.

Là également, la police municipale devrait pouvoir intervenir avant une dégradation de la situation.

Enfin, phénomène courant dans la gestion de Cayenne, l’absence de maintenance des équipements, particulièrement les équipements sportifs.
Sur ce dernier point, on ne peut être crédible dans son discours vis-à-vis de la jeunesse, que ce soit pour la glorifier ou la sermonner, si on n’est pas en mesure d’assurer le minimum en matière de maintenance.

Que ce soit pour la jeunesse ou pour les décideurs de la mairie de Cayenne, l’oisiveté est la mère de tous les vices.

Un terrain de basket sans panneaux.





 
 

 
image_defaut

Faut-il un deuxième CABASSOU pour arrêter le chantier des terrasses de MONTABO !

Le projet dénommé « les terrasses de Montabo » a pour maître d’ouvrage la SCCV « le clos des Bénédictes », qui a entamé la construction de 3 immeubles R+2, soit 32 logements, sur la petite colline face à celle...
by rotkoze
0

 
 
image_defaut

LE CARACTERE POSITIF DE LA COLONISATION

Rien de nouveau  sous les brumes de la France L’assemblée Nationale française, a,  introduit dans la loi, du 04 février 2004  un amendement, imposant aux ouvrages scolaires, la mention du caractère positif de la coloni...
by rotkoze
0

 



Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>