Advertisement


Société

1 janvier 2011

La bougie pour s’éclairer à l’Ouest à l’occasion du 25 décembre 2010.

image_defaut
Mots-clés : ,

La fête  en famille de la fin d’année 2010, s’est déroulée avec des bougies dans la sous-préfecture de Sen loran. Depuis plusieurs années nombres de responsables de l’entreprise EDF ont défilé à l’Ouest pour nous louer et nous leurrer sur les raisons des travaux perturbants pour notre vie quotidienne avec des coupures. Ces travaux, nous disaient ces vendeurs de balivernes, avaient pour but de mettre le réseau à niveau et ainsi plus jamais de coupures.

Le 25 décembre 2010, ce n’était pas, une, ni deux, ni trois mais quatorze (14) heures d’affilées que Sen Loran était resté sans électricité.

Inadmissible !!!

Plus de 14 heures sans électricité et on nous  dit que c’était à cause d’un serpent si nous avions connu cette longue et gigantesque panne.

Cette situation est intolérable  au 21e siècle en Guyane. La Guyane  d’où partent les fusées ARIANE et bientôt celles de Russes.

Cette panne d’électricité a eu des graves conséquences:

  • Une maison a totalement brûlé à la cité flore à cause d’une bougie.
  • Des voleurs n’ont pas hésité à forcer le bâtiment des douanes de Sen Loran à peine rénové. Résultat : plusieurs armes à feu avec des munitions sont parties dans la nature.
  • Plusieurs tonnes de marchandises périmées dans les réfrigérateurs des usagers d’EDF.

La norme voudrait que tous les réseaux d’EDF soient doublés afin d’éviter ces circonstances insoutenables.

Mais en Guyane une seule partie du réseau EDF est doublée ; le réseau reliant Cayenne à  Kourou. Pour quelle raison ? Parce qu’Ariane est présente à Kourou.

Entre Kourou et l’Ouest il n’y a qu’une seule ligne : Conséquence au moindre petit souci, nous sommes sans jus.

Nous constatons donc encore une fois que la Guyane et les Guyanais sont des moins que rien pour le colonialiste français.

Comment comprendre aussi que la ligne du réseau raccordant Matoury à Saint-Georges ne soit pas une ligne de haute tension. Il suffirait alors que les habitants de Matoury et de saint Georges décident d’augmenter leur consommation d’énergie pour que les plombs puissent sauter.

Du n’importe quoi !

Il fut un temps où Sen Loran possédait son usine d’électricité, elle a été fermée. Donc aujourd’hui la commune ne possède pas son autonomie énergétique. Des groupes d’appoint de dernière génération ont été installés pour pallier à la demande grandissante d’énergie et ainsi éviter les pannes. Le 25 décembre 2010, ils n’ont pas répondu aux besoins de la commune et qui plus est, ils n’ont ni fonctionné, ni démarré !

Il y a quelques temps, toute une propagande avait été menée par l’EDF pour nous annoncer la venue de deux groupes, de Belgique, pour pallier les besoins de l’Ouest.

Ces groupes sont arrivés au port et puis après une journée sous le soleil guyanais s’en étaient allés.

Pour qui nous prend-t-on ?

Nous nous plaignons avec raisons de cette journée du 25 décembre 2010 sans électricité dans la sous préfecture de la colonie mais sur le Maroni à Grand-Santi, Papaichton et Maripasoula, le cas est plus grave car ce sont des journées entières sans énergie qui prévalent. A Camopi la situation est idem.

La situation de la Guyane est la situation d’un pays du quart monde. Bien qu’EDF soit une entreprise privée, le responsable exclusif sur les lignes de haute tension est l’état colonial Français.

Des actions pouvaient-être menées par les politiques Guyanais. Ils n’ont jamais  pris leur responsabilité.

L’UTG avait alors pris les siennes et les militants ont mené le combat. Pour contrecarrer les bonnes intentions de l’UTG, la direction d’EDF, la préfecture, la police et la justice vont réagir ensemble et malmener des militants qui se battaient pour l’amélioration des moyens de production et du réseau électrique guyanais. L’UTG et ses militants continuent malgré tout le combat.

Ce combat des militants UTG avait quand même obligé les politiques à se réunir en congrès en mars 2007 afin de réfléchir sur l’avenir énergétique de notre territoire.

Des résolutions ont été prises. Pour l’ouest par exemple, il était question de la construction d’une usine électrique avec au moins 20 Mégawatts. Elle n’a jamais été construite.

La ligne entre Kourou et Sen Loran devait-être doublée, elle ne l’a jamais été.

Afin de peser face à EDF lors des discussions sur les résolutions, l’idée d’un syndicat mixte avec la représentation de toutes les communes avait été proposée.

Pour cela il aurait fallu que toutes les communes délibérassent. A ce jour deux communes n’ont pas encore fait le travail : Maripasoula et surtout Sen loran qui refuse de délibérer sans argumentation.

Donc ce syndicat mixte ne peut voir le jour surtout à cause de Léon BERTRAND.

EDF n’ayant pas d’interlocuteur de poids, la direction d’EDF fait ce qu’elle veut et nous sommes les premiers touchés comme se fut le cas le 25 décembre 2010.

Léon Bertrand est aussi responsable qu’EDF des conséquences malheureuses de cette journée de Noël.





 
 

 
by rotkoze
0

 
 
image_defaut

Bélizon et Iracoubo, les barrages illégaux de Guyane une énième fois en question !

Les deux barrages routiers de Guyane mis en place par le colonisateur Français fractionnent singulièrement les Guyanais avec leur territoire. A l’Est comme à l’Ouest beaucoup ne cessent de se plaindre de l’attitude des...
by redaction
0

 
 
image_defaut

COLLECTIVITÉ UNIQUE: Du verrou constitutionnel au piège institutionnel

En 2004, lors de la réforme constitutionnelle, Mme GIRARDIN, à l’époque ministre de l’outre-mer avait parlé de « verrou » en évoquant le fait que les départements d’outre-mer étaient désormais cités nominativ...
by redaction
0

 




Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>