Advertisement


Société

2 novembre 2012

Ki lékol pou nou timoun ?

Étiquettes : , ,

Chaque rentrée scolaire amène son lot d’activités à reprendre, de démarches, de problèmes à régler, pour les familles comme pour les enseignants.  De bonnes résolutions aussi, avant que la routine ne s’installe de nouveau. La rentrée 2012 n’a pas fait pas exception, mais elle pose également des questions plus générales sur l’école dont la Guyane a besoin, de plus en plus urgemment.

Une rentrée apaisée, mais toujours difficile

Le gouvernement français a fait de l’école le symbole de la rupture avec l’ère Sarkozy. Qu’en est-il concrètement ? Oui, le ton a un peu changé, l’administration est un peu moins arrogante, on sent une volonté d’apaisement. Dans le primaire, 15 postes supplémentaires ont été créés. Pourtant, au-delà des discours et des changements de recteur, nos problèmes structurels restent les mêmes.

Plusieurs milliers d’enfants se retrouvent toujours en dehors de l’école à cause du manque de places, de la maternelle au lycée. Listes d’attentes, tentatives de la mairie de Cayenne de bloquer la scolarisation dès trois ans, orientation des élèves par défaut, la fabrication de l’échec scolaire commence là.

Notre école n’est pas adaptée, elle est trop étrangère aux élèves : 1 sur 2 entre en 6ème sans les compétences en français et mathématiques, plus de 1 sur 2 sort de l’école sans diplôme ! Pour ceux et celles qui arrivent au bac, nos résultats restent insuffisants : 70% pour le général, 60% pour le bac pro, ce n’est pas bon car c’est un manque de cadres et de professionnels pour demain.

De Cayenne à St Laurent, dans toutes les matières, des postes n’étaient à nouveau pas pourvus à la rentrée, par désorganisation administrative. Les enseignants non titulaires sont toujours utilisés comme bouche-trous du système, sans respect pour leur vie personnelle et familiale : les règles françaises d’affectation et de titularisation ne sont pas adaptées à nos besoins, elles ne permettent pas de stabiliser les personnels. Enfin, nous sommes toujours en pénurie de structures scolaires et il n’y a pas de prévisionnel sérieux[…]

La suite de cet article est dans le journal Ròt Kozé n°183 téléchargeable ci-dessous :

Votre journal pour 1.30€





 
 

 

Triste anniversaire…

N’oublions pas… Le 19/04/2000 à 13h45 la colline de Cabassou s’effondrait en entraînant avec elle 10 personnes employés de la Cilama, habitant de la route. 17 ans après n’oublions pas les victimes et...
by rotkoze
0

 
 

Appel à contributions pour soutenir le mouvement

Tous acteurs de la mobilisation! Pou Lagwiyann dékolé lance un appel aux associations, experts et techniciens pour soutenir le mouvement. Dans ce même élan, Pran Konsyans invite la population guyanaise mardi 18 à partir d...
by rotkoze
0

 

 

Jeu-concours Si a té mo

Après des mois d’organisation… c’est avec une grande fierté que j’annonce la victoire d’Isis…13 ans, Ministre du désenclavement. Elle a inventé le ministère qui lui semblait indispensabl...
by rotkoze
0

 
 

Les Tréteaux de Maroni, un festival de la MOBILISATION !

“L’acte de création est un acte de résistance ensemble, résistons afin de permettre à nos imaginaires de s’épanouir! La culture n’est pas une activité de confort, comme on a pu l’entendre, (p...
by rotkoze
0

 
 

Le soutien scolaire continue

Le soutien scolaire reprend cette semaine au barrage du rectorat ou à l’IFAS. Les élèves sont invités à s’y rendre avec leurs affaires pour les matières. Sont concernés les élèves de la troisième à la ter...
by rotkoze
0

 




Aucun Commentaire


Commentez le premier!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook